Le Qum FC, un club sud-coréen dans les profondeurs du foot espagnol

Illescas vu du ciel

Illescas. Petite ville de 26.000 habitants située dans la région de Toledo en Castilla-La-Mancha et quasi-frontalière avec la Comunidad de Madrid. Une petite commune résidentielle tranquille, qui connaît cependant un petit boom démographique depuis quelques années grâce à quelques industries comme une usine de production de pièces d’Airbus, mais rien d’un autre monde en somme. Illescas est une petite commune comme il en existe des centaines à travers le pays.

Autant dire que le seul véritable fait notable du coin est d’avoir vu grandir un certain David De Gea. Mais depuis quelques mois, Illescas a fait parler d’elle pour une situation pour le moins insolite : la création d’une équipe de football… sud-coréenne dans la ville. Il ne s’agit pas là d’un club d’origine communautaire mais pas exclusif, comme on a l’habitude de voir en France notamment avec des clubs fondés par des communautés portugaises, antillaises ou arméniennes, mais bien d’un club de football composé uniquement de Sud-Coréens et qui évolue en Segunda autonómica castellano-manchega, ce qui équivaudrait à de la septième division !

Comment une équipe sud-coréenne s’est-elle retrouvée à Illescas ? Tout a démarré en octobre 2016, avec un partenariat passé entre la mairie de la ville, la région et plusieurs investisseurs coréens, dont Kim Dukwan, qui a également des fonctions politiques. Le projet va initialement s’étendre sur trois ans et est subventionné par le gouvernement sud-coréen. Le Qum F.C. (Qum signifie “rêve” en coréen, NDLR) est devenu l’équipe filiale du club local, qui évolue lui en Tercera, la quatrième division du football espagnol.

Un casting de plus de 500 joueurs universitaires – mais pas que – avait eu lieu à Séoul et 30 d’entre eux ont été retenus pour composer l’équipe (18 pour l’équipe et 12 réservistes). L’occasion pour ces jeunes de pouvoir découvrir le football européen, quoique dans des catégories très basses, et l’opportunité d’avoir accès à des études en Espagne, incluses dans le programme. Il ne s’agit pas uniquement de formation footballistique mais également de formation culturelle, dans une région très riche en vestiges historiques. “Parmi les joueurs, il y a un professeur, un militaire, et même un footballeur de 29 ans qui a joué en D2 coréenne”, confiait le directeur sportif du club Rubén Caño à El Digital de Castilla La Mancha il y a quelques semaines, au sujet de ce groupe dont la moyenne d’âge est de 22 ans.

“Illescas est un lieu idéal pour ses installations, son emplacements stratégiques dus à sa proximité avec Madrid où il y a un très bon niveau de football. On pensait que c’était une ville tranquille, où on a accès à tout. Les joueurs peuvent vivre tranquillement”, confiait Caño à El Enganche. Et le football espagnol semble effectivement être l’idéal pour les Sud-Coréens, plutôt fondé sur la technique et la tactique que le physique, et où on n’hésite pas à mettre en avant des joueurs avec des petits gabarits. Reste tout de même à voir comment ces joueurs vont réussir à s’adapter à un tout nouvel environnement. Coup d’envoi de la saison dès dimanche pour nos amis sud-coréens !

Commentaires