La MSN, Cata Díaz et Xavi Simons : joies et tristesses du royaume d’Instagram

0
83

Une photo de la MSN prise après le départ de Neymar au PSG, l’épouse de Cata Díaz qui provoque le départ de son mari de Getafe, Xavi Simons, gamin de 14 ans et déjà près de 500.000 followers : Instagram est le réseau social qui permet de passer des messages, encore mieux que Facebook et Twitter. Ce n’est pas sans conséquences.

L’utilisation d’Instagram a causé quelques soubresauts au Barça récemment. Tout juste devenu joueur du PSG, Neymar rentre à Barcelone avec Dani Alves pour un dernier moment de détente avec ses désormais ex-coéquipiers. Déjà bien secoués par le départ du Brésilien, les dirigeants culés tombent sur une photo publiée par Ney avec feu la MSN au complet. Message subliminal adressé à Josep María Bartomeu ? Quoi qu’il en soit, le président blaugrana a évoqué le cliché dans la presse catalane et, manifestement, il n’en tient pas rigueur à Luis Suárez et Lionel Messi : “Joueurs, club et dirigeants devons tirer dans le même sens car au final nous avons un objectif commun : les succès sportifs. (…) La photo de Messi, Suárez et Neymar le jour-même de la dénonciation du Brésilien ne m’a pas choqué. Ils sont amis. J’ai déjà parlé avec eux, rien de grave. (…) J’en ai parlé ouvertement avec Messi, on parle de tout”. Manque de fermeté et trouille de voir la Pulga ne finalement pas prolonger son bail en Catalogne ? Possible. Ce qui est certain, c’est que le reste du trident n’a que modérément peur des retombées en interne. Accessoirement, Neymar a aussi posté un cliché avec Gerard Piqué, intitulé… “se queda”, évidemment. Le diplôme en Master Troll est obtenu avec les félicitations du jury.

Amigos que echaba de menos 🤙🏽 @leomessi @luissuarez9

A post shared by Nj 🇧🇷 👻 neymarjr (@neymarjr) on

 

La femme de Cata Díaz joue post haut

Joueur besogneux notamment passé par Boca Juniors, Cata Díaz est peut-être devenu le premier joueur viré de son club à cause du compte Instagram… de sa femme. Pilier de Getafe qu’il a aidé à remonter en Liga la saison dernière, l’Argentin n’entre plus dans les plans de son entraîneur, José Bordálas. Alors Celeste Marzella, manifestement excédée par le traitement infligé à son cher et tendre, s’est fendue d’un post assassin, façon Narcos : “Tu es faux, un traître, un trouillard. Toute l’année passée à téléphoner pour demande des idées, exactement, DES IDÉES !!!, celles qu’il n’a pas, pour tirer l’équipe. Tu as eu la chance que ce groupe, excepté quelques uns, et quand je dis quelques uns je parle de ces copains que tu t’es fait pour qu’ils mouchardent, des crapules, des macs, peu importe comment vous les appelez. Eux, je les laisse de côté car ils ne faisaient pas partie du groupe, ils étaient tes espions. Quelle honte, c’est dégoûtant de voir les joueurs ainsi. Peu importe que celui d’en haut va commencer à remettre les choses en place, et certains oisillons vont perdre leurs ailes. Tu sais pourquoi tu es monté ? Grâce aux joueurs sur lesquels tu chies aujourd’hui parce que personne, alors que tu le méritais, ne t’a attrapé par le cou, comme tu l’a fait avec ton adjoint. Il y en a eu un, Alberto (gardien actuellement prêté au Rayo Vallecano, ndlr), qui t’a demandé de rester et ensuite, tu lui as planté un couteau dans le dos. C’est comme ça que tu es ! Faux !!! Technicien médiocre et personne néfaste”. Pour Cata Díaz, 38 ans, qui souhaitait mettre un terme à sa carrière sur la pelouse du Coliseum Alfonso-Pérez, l’affaire est entendue. Le président Ángel Torres réplique le 25 août dernier, quelques heures après l’envolée lyrique de Celeste : “Je ne peux rien faire avec les commentaires des proches des joueurs. Il devrait prendre une décision. Soit il admet l’erreur et demande pardon, soit il ne veut pas trouver de solution et il part”. Évidemment, le défenseur est parti et à trouver son bonheur en… Segunda B. Après l’Atlético de Madrid et Getafe, Cata Díaz jouera pour un autre club de Madrid, Fuenlabrada, barragiste malheureux la saison dernière, et qui ambitionne de grimper en Segunda en juin prochain.

 

Xavi Simons, 14 ans et déjà produit marketing par excellence

Mino Raiola pourrait bien, dans quelques semaines, devenir le nouvel agent d’un joueur du Barça. Essayez de deviner. Ousmane Dembélé ? Luis Suárez ? Jordi Alba ? Eh non ! L’Italien est déjà dans le tur-fu et sa cible est Xavi Simons. Qui ça ? Si vous ne suivez pas les tournois de Liga Promises (football à 7) qui concernent des équipes de infantiles (U12), ce nom de vous doit pas vous dire grand chose. Mais peut-être avez-vous aperçu son visage et ses jambes sur YouTube. Cheveux longs blonds bouclés, métis et déjà un sacré niveau, Xavi Simons a été élu MVP du tournoi 2015. Le prénom du dernier grand chef d’orchestre blaugrana, néerlandais comme Johan Cruijff, le gamin est déjà une icône. A un âge où ses petits camarades ont à peine le droit d’avoir un compte Facebook, Xavi Simons a presque 500.000 followers sur Instagram ! Fils d’un ancien joueur professionnel devenu coach chez les jeunes de l’Ajax, Xavi joue au Barça depuis ses 7 ans et la presse s’intéresse à lui depuis plusieurs années. Qu’il finisse comme son idole (et celui de ses parents) Xavi Hernández ou comme Freddy Adu, l’ado est d’ores et déjà un produit marketing. Son compte a été ouvert en décembre 2015 et a connu une croissance exponentielle avec des posts qui ne révolutionnent pas le genre mais qui ont le mérite d’être efficace.

L’image est travaillée, accompagnée de textes. Un logo a également été édité. Comme dirait le petit chat de la pub Feu Vert, on sent la patte de l’expert. “Sur chaque terrain où va Xavi Simons, on lui demande une photo. Et pas seulement des gosses mais aussi des hommes et des femmes qui sont des parents, écrivent Josep Capdevilla et Albert Rogé dans Sport. Ils disent toujours la même phrase : “tu finiras dans l’équipe première”. Xavi Simons est le modèle mais pas une exception. Au Barça, Pablo Gaez “Gavi” a 20.000 followers, Pablo López 16.000, Juan Larios 12.000. Le Barça doit donc s’employer pour calmer les ardeurs et remettre les pieds sur terre. Vous comprenez maintenant pourquoi Raiola, expert en joueurs marketing (Pogba, Ibrahimovic, Balotelli), veut mettre le grappin sur les boucles d’or de Xavi Simons…

 

François Miguel Boudet
@fmboudet

Commentaires