Isco, Villa, Alba, Lopetegui : les réactions espagnoles après Espagne – Italie (3-0)

0
28

L’ambiance était aux sourires et à la satisfaction après l’éclatante victoire de l’Espagne face à l’Italie à Santiago-Bernabéu (3-0). David Villa, Jordi Alba, Julen Lopetegui et évidemment Isco ont livré leur ressenti sur ce succès qui qualifie quasiment la Roja à la Coupe du Monde. 

David Villa (au micro de teledeporte et en zone mixte) – “Je me demande si je mérite tout ça”

“Merci à tout le monde pour me donner autant d’affection. Cela a été un jour très spécial. Je suis très heureux. C’est une grande victoire contre l’Italie. Nous dépendons de nous-mêmes pour nous qualifier. Isco est un grand bonhomme, il fait tout bien et je suis ravi ce qu’il est en train de vivre. Je n’ai jamais perdu le rêve de revenir et je remercie ceux qui croient en moi. Je vais continuer de travailler. J’ai ressenti une immense fierté quand j’ai été ovationné, je me demande si je mérite réellement tout ça. Je crois que ce groupe sera historique lui aussi”.

Julen Lopetegui (en conférence de presse) – “Isco, un joueur merveilleux au sein d’une grande équipe”

“C’est une victoire travaillée. Je suis très content du niveau montré devant une grande sélection comme l’Italie. Le rendement a été très élevé. Nous sentions que ce serait bon de jouer avec ce XI mais il n’y a pas eu tant de changements, juste des nuances. Isco a débloqué la partie. Je n’aime pas personnaliser parce qu’un joueur ne gagne pas un match seul. Isco a été un joueur merveilleux au sein de cette grande équipe.  Nous avions confiance en lui quand il jouait moins car on pensait qu’il pourrait nous aider. Les évaluations dans le football dépendent des résultats. Nous avons su nous adapter à chaque instant. Je crois que l’Italie est une sélection très compliquée à jouer et nous avons su affronter le match. L’afición de Madrid a eu un comportement fantastique. Nous avons besoin de public aussi motivé. Villar (le président de la Fédération, impliqué dans une affaire de corruption, ndlr) mérite aujourd’hui que je me souvienne de lui parce que c’est compliqué pour lui en ce moment”.

 

Isco (en zone mixte) – “Peut-être mon meilleur match avec la Selección”

“L’équipe a fait un match phénoménal. C’est peut être mon meilleur match avec la Selección, j’ai tout donné. J’ai demandé à tirer le premier coup franc mais Sergio Ramos m’a dit qu’il tirait celui-là et que j’aurais le suivant. Au Real, ça sera plus compliqué de les frapper. Je suis très heureux de pouvoir aider et apporter autant, aussi bien avec le Real Madrid qu’avec la Selección. Zidane comme Lopetegui sont deux entraîneurs qui me transmettent de la confiance depuis le début. Lopetegui a toujours eu confiance en moi, y compris quand ça ne se passait pas bien en club. Je n’ai jamais penser quitter le Real Madrid, j’ai pensé à réussir, même quand ça allait mal et je veux continuer ici de nombreuses années ainsi qu’avec la Selección. L’ambiance du Bernabéu a été spectaculaire, la nuit a été parfaite. Je crois que les supporters apprécient mon football et j’essaie de leur donner du plaisir. Je les remercie pour l’affection qu’ils me donnent”.

Jordi Alba (au micro d’Onda Cero) – “Un public phénoménal”

“Aujourd’hui, on a vu qu’il y a des jeunes qui poussent très fort et avec beaucoup d’envie. Avec le talent de chacun, le niveau s’améliore et elle a plutôt fière allure. Le public a été incroyable, phénoménal, spectaculaire. Ce qui est beau avec la sélection, c’est qu’on est tous encouragé, ce n’est pas une question d’équipe”.

 

Bonus 

Bernd Schuster (au micro d’El Transistor d’Onda Cero) : “La convocation de David Villa n’a surpris dans le sens où elle est arrivée aussi tard. Pour moi, Diego Costa ne marche pas avec cette Selección”

Jorge Valdano (au micro d’El Transistor d’Onda Cero) : “Ça a été un grand match de l’Espagne avec beaucoup d’automatismes, d’ordre, de pression, de l’application et des actions individuelles brillantissimes. Il y a des talents complémentaires et complices et les joueurs rendent la vie impossible à l’adversaire. Le public est entré en combustion. On va voulu se convaincre qu’Iniesta et Xavi étaient des miracles générationnels mais aussitôt éclosent un Asensio et un Isco”.

 

Propos traduits par François Miguel Boudet

Commentaires